True Grit

{Critique} True Grit


Western sorti à l’origine en 1969 , et adapté du roman éponyme de Charles Portis , True Grit s’offre un renouveau sous la coupe des frères Coen (No country for old men, Fargo, Ladykillers…). Avec cette fois ci Jeff Bridges pour remplacer John Wayne dans le rôle principal. J’ai pu le voir, n’ayant même pas besoin de tanner madame pour y aller, et je vous livre ici mes impressions.

Le Pathé de Caen n’est pas mon cinéma favori, de par sa localisation, en centre-ville donc il faut y aller et rentrer à pied car impossible de se garer (donc on évite les séances du soir), et par sa configuration, on fait la queue en extérieur (aglagla quand il fait froid) et ses (trop) nombreux escaliers pour atteindre des salles plates où il faut lever le crâne pendant tout le film. Mais cependant il s’agit du seul cinéma qui a un peu moderniser son équipement en ayant une partie de ses salles équipées en numériques. Et on a eu la chance de pouvoir regarder True Grit dans une de ses salles, c’est un vrai plus pour admirer n’importe quel bon film l’image est nette, les moindres détails ressortent à l’image et je trouve cela reposant pour les yeux.

Il raconte quoi ce film ?

Matie Ross 14 ans, vient de perdre son père assassiner par son employé ivre pour deux pièces d’or. Elle n’a qu’une idée en tête : réclamer justice. Mais pour rattraper le lâche en territoire indien elle n’a d’autre choix que d’engagé Rooster Cogburn, un U.S Marshal borne et alcoolique. Chemin faisant il tomberont sur un Texas Ranger (ce n’est pas Chuck Norris) qui lui aussi recherche l’assassin mais pour le meurtre d’un sénateur texan. Leur motivations et leurs désir étant différents ils se lanceront chacun de leur coté dans une traque au milieu des terres sauvages, à la recherche du bandit…

Et sinon il donne quoi ce film ?

Imaginez : un cow-boy, qui chevauche vers le soleil couchant dans un désert avec ses cactus et ses mirages dus à la chaleur. Rajoutez à ceci une douce musique qui fait « I’m a poor lonesome cow-boy… »; c’est bon vous voyez de quoi je parle ? Eh ben True Grit c’est tout l’opposé.

(suite…)

Publicités